Le prêt collaboratif

L’ère naissante des marketplace conjuguée à l’essor de l’innovation dans le domaine bancaire ont favorisé l’émergence du prêt collaboratif. Les avancées technologiques et les progrès du Web ont créé une véritable alternative aux activités des organismes de crédit.

La première forme moderne de prêt entre particulier remonte aux achèvements de Mohammad Yunus. Ce dernier est reconnu comme l’inventeur du microcrédit. Il créa la Grameen Bank, institution capable d’intermédier des prêts d’un montant faible entre des particuliers afin qu’ils puissent mener à bien leur projet. La dernière décennie a été témoin d’une explosion des plateformes de prêt entre particuliers. Zopa, Younited, Lendix sont autant de solutions qui se sont déployées sur ce créneau prometteur.

Que justifie un tel engouement autour de ces plateformes de prêt collaboratif ?

Ces plateformes de prêt collaboratif ont la vertu d’amener un bénéfice notable pour le prêteur et l’emprunteur.

Côté prêteur, ces plateformes garantissent un rendement théorique plus attractif pour un même niveau de risque. La souplesse capitalistique et la structure de coûts de ces sociétés permettent de ne pas trop charger l’investisseur tout en générant un volume important d’opérations. A ce titre, la plateforme Lending Club – leader sur le marché – a fait transiter à date plus de 24 milliards de dollars de prêt entre particuliers.

Côté emprunteur, ces plateformes présentent un double avantage d’accessibilité et de qualité et rapidité d’exécution du service. En moyenne, seulement 27% des demandes de prêt sont reçues favorablement dans l’écosystème des banques traditionnelles. Les plateformes de prêt collaboratif font la promesse que n’importe qui peut avoir recours à l’emprunt. Elles y parviennent grâce à une modélisation du risque plus fine et la puissance de captation d’une marketplace agrégeant une offre vaste. Par ailleurs, les délais de traitement et d’obtention de l’argent sont considérablement réduits. Les particuliers et entreprises peuvent recevoir l’argent en 15 minutes grâce à l’automatisation du process transactionnel. Par ailleurs le traitement des demandes est sensiblement réduit par la dématérialisation des devis.

Ces plateformes de prêt collaboratif sont ainsi une indéniable promesse de valeur pour les prêteurs et emprunteurs.

Les plateformes de prêt collaboratif présagent-elles pour autant la fin des banques ?

A priori, elles chassent directement sur le terrain des banques de détail. En effet, elles deviennent une alternative au prêt bancaire pour les emprunteurs et aux placements bancaires pour les prêteurs. Seulement ces plateformes, au-delà des limites légales de leur modèle, n’ont pas le fonds de trésorerie suffisant pour avoir une vraie liberté sur l’offre et la demande. En cas d’explosion de demandes de prêts, ces plateformes auront mécaniquement un problème d’offre lié à leur absence de trésorerie bancaire. Pour cette raison, les perspectives laissent à penser que ces plateformes représentent a contrario une opportunité pour les banques qui pourront intégrer ces technologies. On pourrait raisonnablement miser à terme sur un mode collaboratif où ces fintechs viennent faire sainement évoluer les banques grâce aux technologies.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.