Comment se porte l’investissement aujourd’hui ?

C’est Harry Markowitz que revient la théorie du portefeuille moderne qu’il formalise en 1952. Selon l’économiste, chaque actif peut être représenté par un couple rendement / risque. Pour un rendement attendu, l’investisseur rationnel peut arbitrer entre différents portefeuille d’actifs et élire celui qui minimise le risque. Aujourd’hui, la multiplication des opportunités d’investissement complexifie considérablement l’équation. Un investissement peut générer des rendements élevés mais le risque encouru est parfois sous-estimé. De plus en plus de variables entrent en jeu dans l’arbitrage des opportunités d’investissement. Par voie de conséquence, l’homo economicus des temps modernes doit connaître les rouages des grandes tendances de l’investissement qui se dessinent aujourd’hui.

Un arbitrage orienté par des variables de plus en plus complexes…

Le choix d’un profil d’investissement vis-à-vis d’un autre ne se réduit pas au dualisme rendement / risque. La finalité de l’investissement est un première variable à appréhender. Un investissement défensif – i.e ayant vocation à protéger un capital – ne devra par exemple pas être liquide et spéculatif. La liquidité d’un investissement est également un critère de choix. Selon l’économiste J.-M. Keynes, la liquidité peut être motivée par 3 motifs (transaction, précaution, spéculation). En outre, la durée d’un investissement est un élément à intégrer dans son arbitrage. Un investissement de très long terme devra en effet prendre compte des effets d’inflation, des cycles structurels là où un investissement plus court-termiste devra se concentrer davantage sur la conjoncture économique. La garantie du capital doit aussi avoir sa place dans le choix d’un investisseur. Cette modalité a une incidence importante sur le risque encouru. La fiscalité qui s’applique aux revenus des investissements est un élément tout aussi primordial. Corrélativement, l’investissement est très souvent motivé par des stratégies d’abattement ou d’évitement fiscal. Le degré de complexité administrative, l’expertise requise, l’image, les externalités et retombées sociales… ce sont autant de variables qui militent pour la subtilité de cette science qu’est l’investissement.

Parmi des opportunités de plus en plus nombreuses…

L’essor des nouvelles technologies, la désintermédiation bancaire et l’internationalisation des économies ont participé à une démultiplication des produits d’investissement. Des pans entiers de la finance se sont ouverts aux particuliers. L’univers des placements et de l’épargne a réellement évolué au cours des dernières années. L’épargne bancaire n’offrant des rendements que très réduits, les fintechs ont pris le relais pour proposer des alternatives plus attrayantes.

Il est aujourd’hui possible de concéder des prêts directement à des particuliers ou des entreprises. Lendingclub ou Zopa proposent des prêts P2P. Similairement Bolden et Lendix permettent aux particuliers de prêter aux PME. Les particuliers peuvent également investir (en dette ou capitaux propres) dans des projets immobiliers avec des rendements promis d’au moins 8%. C’est le parti pris par des plateformes comme Immovesting ou Homunity. Par ailleurs, le capital-risque s’est également ouvert aux particuliers grâce au déploiement de plateformes à l’instar de Smartangels ou Sowefund. Ces particuliers peuvent investir dans des startups ou PME et devenir des Business Angels en herbe. La bourse s’est également massifiée dans l’usage en venant se loger dans la poche de chacun avec des applications comme Robinhood. Ces formes d’investissement restent risquées par nature mais se démocratisent indéniablement. Des modèles plus hybrides comme l’investissement en Royalties s’ouvrent également au grand public. C’est la mission que s’est donné la startup We Do Good. De nouvelles opportunités d’investissement se profilent enfin avec les cryptomonnaies comme le Bitcoin qui prennent une valeur considérable. Le Bitcoin a très récemment passé la barre symbolique des 2000$ et continue de susciter l’engouement des investisseurs 2.0.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.